Au commencement

Née en 1972 par l’initiative d’André Haim, la Route de Jérusalem promeut la paix en commençant par faire un travail sur soi de saisie de son identité et d’ouverture sur d’autres identités culturelles dans une attitude non-violente.

L’intuition d’André Haim au tournant des années 1970 est que le conflit israélo-palestinien risque de bloquer et de fausser le formidable enjeu relationnel qu’est l’apparition massive de l’Islam et la présence du Judaïsme dans un pays de culture chrétienne comme la France, mais aussi en Italie ou dans d’autres pays européens. Il faut d’urgence inventer des outils au service des jeunes pour se découvrir au coeur de nos identités différentes dans un respect non-violent.

D’où l’idée de marcher à pied en s’ouvrant à l’hospitalité des peuples rencontrés, de chez soi vers Jérusalem, la ville de ces trois religions. Idée folle ? certes… mais combien riche en découvertes, remises en causes et amitiés imprévues pour les marcheurs…

Un peu plus d’histoire

Eléments sur le

Les commentaires sont fermés.